A propos des presets de plugins (Part.1) - Faut-il les utiliser

Écrit par MixCorner le 22 janvier 2019, dans - Dossier - Trucs et astuces - Workflow. | 243 visites pour cet article.

Quand on démarre en MAO et notamment pour la partie mixage, on peut se former de plein de manières différentes. Il existe aujourd’hui de nombreuses ressources sur Internet (blog, vidéos, etc etc).

Et parmi tous les outils à notre disposition, il y en a un que j’ai personnellement mis de côté dans mes premières années de pratique de la MAO, il y a les presets.

LES PRESETS EXISTENT, POURQUOI NE PAS LES UTILISER ?

Donc comme je le disais, pendant mes premières années de pratique de la MAO, j’ai totalement ignoré le concept même du preset. Que ce soit les presets déjà présents dans mes plugins favoris ou bien ceux que j’aurais pu créer moi-même, je n’en voyais pas l’intérêt.

Inadaptés, contre productifs, inutiles, et même « trop faciles » (quelle drôle d’idée !?), bref choisissez vos qualificatifs ! En tout cas, je les ai volontairement laissé de côté. J’avais tort.

UNE BONNE SOURCE D’APPRENTISSAGE (PRESQUE TOUJOURS)

J’ai fini par réaliser que les presets sont un bon moyen de progresser dans son apprentissage de la MAO en général. Pour moi, ça a commencé avec les compresseurs.
Comme beaucoup de débutants, ils me donnaient du fil à retordre notamment pour ce qui est de l’attaque et du release. Dans quel cas utilisez une attaque rapide / lente ? Même question pour le release ?? Pas facile quand on débute !!

Vous aussi, ça vous semble compliqué ? Faites l’essai. Chargez un preset de votre compresseur préféré, et vous allez pouvoir mieux appréhender ces 2 fonctions essentielles dans un compresseur en voyant les réglages (théoriquement) les plus efficaces pour tirer le meilleur partie du plugin dans une situation donnée.
De cette manière, vous apprendrez à mieux vous servir d’un compresseur.

Compresseur 1176 de Slate Digital
Compresseur 1176 de Slate Digital

Comme tout plugin, il a des presets pour les utilisations les plus courantes

Alors bien sûr un preset ne collera jamais exactement à vos besoins, il faudra toujours ajuster. Mais ce sont des pistes de travail. Dans le cas d’un compresseur, il faudra au minimum ajuster le Threshold afin d’obtenir la réduction de gain que l’on souhaite (qui dépend du niveau d’entrée dans le compresseur).


Et on peut résonner de même avec quasiment tous les styles de plugins. Réverbe, Delay, effet de modulation (Chorus, Phaser, etc), Limiter, etc etc. Le seul cas à part selon moi, c’est l’EQ. Equaliser une piste à l’aide d’un preset n’a pas de sens selon moi.

Une EQ se fait toujours en contexte par rapport au reste du mix. Ce qui fonctionnera bien sur une basse dans un contexte donné ne fonctionnera pas sur la même basse dans un autre contexte. Donc comment un preset fait à l’avance pourrait fonctionner ?

Rien ne vous empêche de voir ce que peuvent donner les presets de votre EQ préféré mais gardez en tête qu’il y a très peu de chance que ça suffise tel quel. Dans la plupart des cas, ça ne vous aidera que très vaguement.

LA SUITE LOGIQUE QUAND ON PROGRESSE EN MIXAGE

Tout ça pour dire quoi ? Dans le mixage, il y a une partie du processus qui est de l’ordre de la routine. Donc pourquoi ne pas se faciliter la vie ? Pourquoi repartir de 0 à chaque fois alors qu’il suffirait de créer et d’enregistrer une poignée de presets à réutiliser au besoin.

Vous avez trouvé un type de Delay qui vous plait sur les voix ? Pourquoi ne pas en faire un preset à recharger à chaque fois ? Celui-ci sera probablement ajusté à chaque morceau (quoi que). Ca sera plus rapide que de partir de 0 non ?
Même chose pour les Réverbes, ou un réglage de Limiter pour le Mastering qu’il faudra tout de même ré-ajuster selon le niveau du morceau.

Pour vous en convaincre, regardez des vidéos sur YouTube d’ingénieurs du son très connus, au hasard Chris Lord-Alge. J’ai eu l’occasion de voir plusieurs vidéos ou il explique sa méthode de travail et il dit clairement avoir des presets qu’il aime et qui sont une base de travail pour chaque morceau qu’il mixe. Il utilise principalement du hardware mais ça ne change strictement rien au principe. Alors si les pros le font, pourquoi pas vous ??

Quand j’ai commencé à intégrer les presets dans mon Workflow, j’ai vraiment gagné beaucoup de temps. Mais par contre, je n’avais pas vu venir la problématique de gestion derrière leur utilisation …

Dans la seconde partie de cet article, nous verrons ensemble les problématiques de sauvegarde des presets, les solutions proposées par les éditeurs de plugins ainsi qu’une manière alternative de procéder qu’on utilise chez MixCorner !


Merci d’être d’avoir lu notre article. S’il vous a plu, pensez à le partager sur les réseaux sociaux pour nous aider à faire connaitre MixCorner. Si vous avez des questions ou que quelque chose ne vous semble pas clair, n’hésitez pas à utiliser la section commentaires juste en dessous.

A bientôt

MixCorner




Vous voulez réagir ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.





Suivez nous !